Catégories
Négâh

YouTube censure une seconde fois notre chaîne Négâh

YouTube censure une seconde fois notre chaîne Négâh Irân, cette fois-ci sans la moindre explication. Après une première censure survenue le 17 janvier dernier, la nécessité de rendre accessible au public des documents vidéographiques et sonores exigeait de créer une nouvelle chaîne sur cette plateforme qui offre des ressources d’hébergement suffisantes pour de tels fichiers.

Une fois de plus, YouTube considère des philosophes comme Henry Corbin indésirables et dangereux pour sa « communauté ». Il semblerait que la poésie iranienne dérange elle aussi cette plateforme étatsunienne. Il est vrai que la culture et la beauté ne correspondent aucunement aux valeurs de ce pays, ni même à ses capacités des plus médiocres et malsaines pour l’humanité.

Une fois de plus, YouTube considère la recherche universitaire comme un danger qu’il faut censurer et faire disparaitre. Pourquoi donc ? L’histoire des tapis persans dérangerait-elle ? La mémoire de la foi zoroastrienne ferait-elle mentir une certaine propagande iranophobe ? La nature préservée et la beauté des paysages de l’Iran porterait-elle ombrage sur la laideur des ravages occidentaux sur l’environnement ?

Une fois de plus, YouTube révèle son vrai visage : celui de la terreur totalitaire qui n’a rien à envier aux périodes les plus sombres de l’Histoire de l’humanité. YouTube n’impose aucune restriction sur certains contenus et commentaires violents et haineux, quand ils ne sont pas tout simplement menteries, racismes et propagandes… L’abrutissement des masses et l’inoculation de la haine sont les raisons d’être et le but réel de cette plateforme.

Cette seconde censure de notre chaîne Négâh par YouTube dévoile ses véritables motivations

Plus que jamais, nous considérons que le partage du savoir et des connaissances est devenu un combat dans le sens réel de ce mot et une nécessité vitale.

Aussi faut-il désormais apprendre à se passer des organisations de contrôle de la pensée comme YouTube pour réhabiliter ce qui ne devrait jamais être menacé : la nécessité du savoir et l’élégance de la connaissance.

« Tout ce qui élève unit. » écrivait le poète français Charles Péguy. L’élévation vers la compréhension exige d’avoir à sa disposition les documents et les ressources nécessaires pour appréhender le monde dans lequel nous vivons en comprenant ce qui constitue la culture de l’autre. Sans culture, aucune unité n’est possible.

Les marchands de guerre et de discorde comme YouTube se révèlent une nuisance pour l’humanité. Les mots du moraliste français François de La Rochefoucauld, datant pourtant de 1678, résonnent fort bien pour décrire ce que représente YouTube : « Les esprits médiocres condamnent d’ordinaire tout ce qui passe leur portée. »

Catégories
Négâh

YouTube censure notre chaîne Négâh

Mercredi 17 janvier 2024, la plateforme YouTube nous notifie la censure de notre chaîne Négâh Irân au motif que nous serions une « organisation criminelle violente » (sic !).

Notre chaîne présentait au public francophone du monde entier des films, des documentaires et des archives qui permettaient de rendre vivants nos travaux et de les illustrer.

Les enregistrements d’Henry Corbin expliquant la philosophie iranienne et islamique. La lettre bouleversante que le général martyr Qassem Soleimani écrivit à sa fille. Les films documentaires sur l’art des tapis et la merveilleuse ville d’Ispahan. Les archives vidéographiques de la Seconde Guerre mondiale et l’invasion illégale de l’Iran par les Soviétiques et les Britanniques. La poésie persane. Le souvenir du sacrifice des Défenseurs du Sanctuaire qui luttèrent contre le terrorisme. Le témoignage de la tolérance et des droits en Iran. Entre autres.

Tout cela s’avère « criminel » et « violent » pour YouTube. Ou serait-ce plutôt la vérité qui est violente et criminelle ?

En censurant la chaîne Négâh, YouTube censure la recherche et le savoir

La liberté de recherche est la quête incessante de la connaissance. Elle repose sur l’idée que chaque individu a le droit d’explorer les horizons de la pensée et du monde. Le droit de remettre en question les idées établies. Mais également la nécessité de rechercher la vérité. C’est enfin elle qui nous permet de penser nos sociétés et de contribuer à notre évolution collective.

La liberté d’expression est une manifestation concrète de notre individualité. C’est également elle qui nous permet de défendre les droits des plus vulnérables, d’exposer les injustices et de faire entendre nos voix.

Aujourd’hui, nous assistons à des tentatives de restreindre la liberté de recherche et d’expression en Occident. Ce même Occident qui massacre et bombarde des pays et leurs peuples pour imposer sa domination, sous couvert de liberté et de démocratie. Une fois de plus, cet Occident démontre son hypocrisie.

Les « organisations criminelles violentes », ce sont ceux qui commettent des atrocités inhumaines envers les populations civiles. Ce sont ceux qui utilisent des armes chimiques et atomiques pour exterminer des populations entières. Ce sont ceux qui commettent des viols sur des femmes et des enfants. Les « organisations criminelles violentes », ce sont ceux qui financent et entretiennent des guerres et réduisent des peuples en esclavage. Ce sont ceux qui exploitent la misère à des fins personnelles et lucratives. Ce sont ceux qui nient et falsifient l’Histoire pour annihiler les peuples.

Si la recherche scientifique et le partage du savoir sont devenus un crime dans la civilisation occidentale, il serait grand temps pour elle de réfléchir sur ce qu’elle est devenu et sur sa définition de la barbarie…

Notre seule arme, c’est notre stylographe. Notre seule violence, c’est la volonté de défendre la vérité et la justice.