Catégories
Sciences et Technologie

L’Iran place simultanément en orbite trois satellites

L’Iran a franchi un nouveau cap dans son programme spatial civil en mettant en orbite trois satellites de fabrication locale. Le dimanche 28 janvier 2024, les satellites Mahda, Keyhan-2 et Hatef-1 sont lancés depuis le terminal de lancement spatial Imam Khomeyni dans la province de Semnan par le lanceur Simorgh, fabriqué par le ministère iranien de la Défense.

28 janvier 2024 lancement de trois satellites par l'Iran

Les trois satellites ont atteint une altitude minimale de 450 kilomètres et maximale de 1100 kilomètres au-dessus de la surface terrestre. Cet exploit intervient huit jours à peine après la mise en orbite du satellite Soraya.

L’Iran réussit l’exploit de placer simultanément trois satellites en orbite avec un seul lanceur

Malgré les sanctions imposées par les pays occidentaux ces dernières années, l’Iran parvient à développer son programme spatial civil. Il est aujourd’hui l’un des 10 premiers pays au monde capables de développer et de lancer des satellites.

Sources : L’Iran a placé simultanément et avec succès trois satellites en orbite (presstv.ir)

Le succès de la récente mission de lancement de satellites démontre l’expertise croissante de l’Iran dans la technologie spatiale. La semaine dernière, la Force aérospatiale du Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI) a également mis en orbite le satellite Soraya à l’aide du porte-satellite Qaem 100.

Le ministre iranien des Télécommunications, Issa Zarepour, a félicité l’ensemble des personnes impliquées dans cette mission. Les avancées dans le domaine spatial de l’Iran sont source de fierté pour le pays. Ils illustrent également sa détermination à poursuivre son développement technologique, malgré les sanctions imposées par les pays occidentaux.

Quels sont les satellites mis en orbite ?

Mahda, le plus lourd des trois satellites, est conçu, fabriqué, assemblé et testé par le Centre iranien de recherche spatiale. Ce satellite de recherche de 32 kilogrammes est utilisé pour tester des sous-systèmes satellites avancés. Sa mission principale est d’évaluer les performances du lanceur Simorgh en matière d’injection multiple de fret spatial à basse altitude. Il s’agit également de connaître le niveau des nouvelles conceptions et de la fiabilité des technologies indigènes dans l’espace.

Les nanosatellites Keyhan-2 et Hatef-1 sont également développés pour leur lancement par Iran Electronics Industries. Il s’agit d’une filiale publique du ministère de la Défense. Ils sont tous deux des nanosatellites cubiques pesant moins de 10 kilogrammes.

Keyhan-2 est quant à lui à lui développé pour le positionnement spatial. Il dispose de sous-systèmes de détermination de statut et de contrôle pour se placer de manière stable et précise vers la Terre. Hatef-1 cherche pour sa part à prouver l’utilisation de la technologie de communication à bande étroite dans l’Internet des objets ou l’IdO.

Catégories
Sciences et Technologie

L’Iran place en orbite le satellite Soraya

Trois mois seulement après le lancement du satellite Nour-3, l’Iran vient de réaliser une nouvelle avancée majeure dans le domaine aérospatial avec la réussite de la mise en orbite du satellite Soraya par la Force aérospatiale du Corps des Gardiens de la Révolution islamique (CGRI). Ce satellite est placé sur une orbite à 750 kilomètres au-dessus de la surface de la Terre.

lancement du satellite Soraya le 20 janvier 2024 en Iran

Le satellite Soraya appartient à la catégorie des satellites de recherche SRI. Il s’agit d’un satellite de télédétection fabriqué par l’Institut iranien de recherche spatiale. Ce succès marque un jalon important pour le programme spatial iranien. En effet, c’est la première fois que des satellites iraniens atteignent une orbite aussi élevée.

Le satellite Soraya témoigne des progrès scientifiques en Iran

Le lanceur Qaem-100, propulsé par un moteur à combustible solide, a permis de placer ce satellite de recherche d’environ 50 kg sur une orbite à 750 kilomètres. Le lancement a été réalisé en présence de hauts responsables militaires et spatiaux : le général de division Hossein Salami, commandant en chef du CGRI, Hassan Salarieh, chef de l’Agence spatiale iranienne, et le général de brigade Amir-Ali Hajizadeh, commandant de la division aérospatiale du CGRI.

Outre le satellite lui-même, de nombreux sous-systèmes développés par l’Institut iranien de recherche spatiale furent testés en conditions orbitales. Cela contribue à accélérer le développement de l’industrie spatiale du pays. Cette réussite démontre que l’Iran est capable de développer et maîtriser la propulsion de satellites sur des orbites de plus en plus élevées.

Cette avancée dans le domaine aérospatial témoigne des ambitions croissantes de l’Iran dans le secteur spatial. Elle renforce également la place de l’Iran dans le domaine de la recherche scientifique et technologique. Bien que le programme spatial iranien soit souvent critiqué et soumis à des restrictions internationales, les progrès récents montrent que l’Iran poursuit ses avancées significatives dans ce domaine.

Il convient également de souligner que les activités spatiales poursuivies par l’Iran sont soumises à une surveillance internationale étroite. Certains pays occidentaux et organisations internationales suivent de près les activités spatiales de l’Iran. Cependant, ses activités spatiales sont exclusivement pacifiques et destinées à des fins civiles. Celles-ci comprennent la recherche scientifique et la collecte de données.

La mise en orbite du satellite Soraya par l’Iran constitue une énième démonstration des capacités technologiques et scientifiques du pays.

Catégories
Géopolitique et Diplomatie Sciences et Technologie

La marine iranienne veut se déployer en Antarctique

Le contre-amiral Shahram Irani, chef de la marine iranienne, a récemment exposé les projets ambitieux de ses forces en Antarctique. Il a notamment évoqué la création d’une base permanente qui servirait à la fois pour des missions militaires et scientifiques.

Cette annonce a été faite lors d’une émission diffusée sur la chaîne de télévision IRIB TV1 à l’occasion des commémorations de la guerre imposée à l’Iran par l’Irak de 1980 à 1988.

Déployer la marine iranienne en Antarctique, un projet inédit

Interrogé sur la possibilité d’établir une telle base permanente en Antarctique, le contre-amiral Irani a répondu avec optimisme. Il a précisé que cette initiative irait au-delà des activités militaires et aurait également un volet scientifique. Les scientifiques iraniens seraient ainsi mobilisés pour mener des recherches conformément aux orientations du Guide de la Révolution Ali Khamenei.

Le contre-amiral Irani a souligné que c’est précisément cette dimension multidisciplinaire qui démontre tout le potentiel de la marine iranienne. Il a rappelé les efforts récents déployés pour renforcer la présence maritime de l’Iran à travers le monde.

De nouveaux défis pour l’Iran

Cette expansion n’a pas été sans difficultés, notamment en raison du manque d’expérience en la matière. Néanmoins, le commandant de la marine iranienne affirme que ces obstacles furent surmontés grâce à la détermination et aux compétences des militaires iraniens.

bâtiment de la marine iranienne

Irani attire également l’attention sur les tentatives de certains pays étrangers visant à freiner la présence navale de l’Iran. Les forces armées iraniennes ont réussi à neutraliser ces actions hostiles grâce à l’utilisation d’équipements militaires locaux et à des efforts soutenus. Une preuve supplémentaire de cette capacité a été fournie par la 86ème flottille navale iranienne. Celle-ci a récemment accompli une mission autour du monde. Partie de la ville portuaire de Bandar Abbas le 20 septembre 2022, elle est revenue le 20 mai, après avoir parcouru une distance record dans les eaux internationales.

Le retour de la flotte a été salué par de nombreux responsables et commandants iraniens, dont l’Ayatollah Khamenei lui-même, qui ont salué le courage et le succès de la mission. Cette réussite renforce la confiance de la marine iranienne dans ses capacités et motive l’élaboration de nouveaux projets ambitieux.

La mise en œuvre d’une telle initiative permettrait à l’Iran de renforcer ses activités scientifiques et militaires dans cette région unique. Elle représenterait également une avancée significative pour la marine iranienne qui continuerait ainsi à étendre son influence sur la scène internationale.

Catégories
Histoire Sciences et Technologie

L’Iran lance avec succès le satellite Nour-3

lancement satellite Nour-3 Iran 27 septembre 2023

L’Iran a franchi une nouvelle étape dans son programme spatial en lançant avec succès le satellite Nour-3 en orbite le mercredi 27 septembre 2023. Ce troisième satellite, développé par la Force aérospatiale du Corps des Gardiens de la Révolution islamique (CGRI), a été lancé avec succès par le transporteur Qassem, un lanceur à trois étages.

Le satellite Nour-3, un succès pour l’Iran

Ce lancement réussi confirme la position de l’Iran en tant que puissance spatiale. Il ouvre également la voie à de futures avancées dans le domaine. Tandis que d’autres pays continuent d’explorer et d’innover dans l’espace, l’Iran est déterminé à poursuivre son développement spatial. Et cela malgré les défis et les obstacles. Avec ses lancements de satellites, l’Iran entend renforcer sa présence dans l’espace et répondre à ses besoins en matière de renseignement et d’imagerie.

Lors d’un rassemblement à Téhéran, le commandant en chef du CGRI, le général Hossein Salami, a souligné que le satellite Nour-3 serait utilisé pour les besoins de renseignement militaire. Il a également déclaré que le Nour-3 était plus lourd et disposait d’un équipement d’imagerie plus avancé que le Nour-2. Cela lui permettra de collecter des données plus précises.

Le satellite Nour-3 est un satellite d’imagerie qui orbite à une altitude de 450 kilomètres au-dessus de la Terre. Grâce à son équipement d’imagerie amélioré, il est capable de fournir des images de meilleure qualité que ses prédécesseurs.

Le CGRI prévoit également deux autres lancements de satellites d’ici la fin de mars 2024. L’Iran pourra ainsi créer une constellation de satellites dans un proche avenir.

Pour rappel, le CGRI avait lancé le Nour-1 sur une orbite de 425 km le 22 avril 2020 avant de placer le Nour-2 sur une orbite de 500 kilomètres de la Terre le 27 février 2022.

Le programme spatial iranien, un symbole de résistance et de souveraineté

Malgré les sanctions imposées par les pays occidentaux, l’Iran a réussi à progresser rapidement dans son programme spatial civil. Il est désormais l’un des dix pays capables de développer et de lancer des satellites. Le mois dernier, le ministre iranien de la Défense avait annoncé que le pays prévoyait de mettre en orbite au moins deux satellites fabriqués localement cette année.

Le programme spatial de l’Iran est un exemple de la volonté de la nation de poursuivre la science et la technologie malgré les difficultés. Les résultats de ces efforts se voient aujourd’hui avec le succès du lancement du satellite Nour-3.

Ce succès est une source de fierté pour l’Iran. En effet, il témoigne de sa capacité à se développer dans des domaines avancés de la technologie.