Catégories
Société

La proxémie dans la société iranienne

La proxémie dans la société iranienne peut sembler un sujet complexe. Il est pourtant capital pour comprendre l’esprit et la société iraniennes et particulièrement le rôle et la place des femmes en Iran.

C’est ce à quoi s’est consacré Morgan Lotz dans son livre Les Iraniennes, une étude socio-anthropologique complète et détaillée sur les femmes iraniennes.

Qu’est-ce que la proxémie ?

Tout d’abord, qu’est-ce que la proxémie ? Le Centre national de Ressources textuelles et lexicales (CNRTL) en donne cette définition :

Discipline scientifique qui étudie l’organisation signifiante de l’espace des différentes espèces animales et notamment de l’espèce humaine. (Parlebas 1981)

PROXÉMIE : Définition de PROXÉMIE (cnrtl.fr)

La proxémie est l’étude des relations spatiales et de la manière dont les individus utilisent et interagissent avec l’espace qui les entoure. Elle explore comment les distances et les positions relatives entre les individus affectent les interactions sociales, les comportements et les normes culturelles.

La proxémie examine également l’utilisation des espaces physiques pour exprimer le pouvoir, l’intimité, la hiérarchie sociale et d’autres aspects de la vie quotidienne. Elle met enfin en évidence comment la proximité et la distance spatiale influencent la communication, la perception de la vie privée, le confort personnel et les interactions interpersonnelles dans différentes cultures et contextes sociaux.

La proxémie dans la société iranienne

Les termes andarouni et birouni sont essentiels pour comprendre la manière dont la société iranienne organise l’espace en fonction des sexes. Ces concepts de prédominance du monde intérieur et du monde extérieur sont parfaitement inconnus de l’Occidental contemporain.

Le mot birouni vient de biroun, qui signifie « extérieur » en persan, tandis que andarouni vient de andaroun, qui signifie « intérieur ». Ces mots traduisent les deux pôles qui définissent le monde intérieur et le monde extérieur.

La proxémie de l’espace matériel en Iran se manifeste à travers les concepts d’andarouni et de birouni. Ils représentent la dichotomie entre le monde intérieur et le monde extérieur. Le terme birouni fait référence à l’extérieur, tandis que andarouni se réfère à l’intérieur.

proxémie société iranienne place des femmes

Ces concepts sont visibles dans l’architecture traditionnelle iranienne. Ils peuvent être grossièrement interprétés comme des espaces dominés respectivement par les femmes et les hommes.

Dans l’architecture, andarouni correspond aux zones réservées aux femmes, qu’elles soient épouses, filles, belles-mères ou belles-sœurs. Ces espaces sont privés et dédiés aux aspects les plus intimes de la vie. Le hedjab n’y est aucunement présent. Aucun étranger, même un membre de la famille non autorisé, n’est autorisé à y pénétrer.

En revanche, le birouni est l’espace extérieur, où se déroulent les activités de la vie quotidienne et les interactions sociales. Bien que moins intime, il n’empêche pas la présence des femmes, qui adoptent des comportements socialement appropriés.

Enfin, il est important de souligner que ces concepts vont au-delà de la simple proxémie. Ils sont profondément enracinés dans la compréhension de l’âme iranienne et orientale. Ils ne sont pas simplement des divisions spatiales, mais témoignent de la préservation des valeurs culturelles et de l’intimité dans la société iranienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *