Catégories
Géopolitique et Diplomatie

Libération du diplomate iranien Assadi détenu en Belgique

L’Iran vient d’annoncer la libération du diplomate iranien Assadollah Assadi. Celui-ci a enfin pu rentrer chez lui le 26 mai 2023 après avoir été libéré d’une prison en Belgique.

La libération du diplomate iranien Assadollah Assadi après une détention arbitraire

La libération de Monsieur Assadi fut annoncée par le ministère des Affaires étrangères d’Oman. Ce dernier révèle son rôle de médiateur dans la négociation d’un accord entre l’Iran et la Belgique pour l’échange de prisonniers. Cette nouvelle fut ensuite confirmée par Hossein Amir-Abdollahian, ministre iranien des Affaires étrangères, dans un message publié sur son compte Twitter.

diplomate iranien Assadollah Assadi après sa libération
Monsieur Assadi après sa libération

Cette libération marque une étape importante dans cette affaire qui a suscité de vives tensions diplomatiques entre l’Iran et certains pays européens. Le diplomate iranien Assadollah Assadi, troisième diplomate de l’ambassade d’Iran en Autriche, avait été arrêté en Allemagne en 2018. Il est alors accusé d’avoir fomenté un attentat terroriste contre un rassemblement d’opposants iraniens en France. Il fut ensuite extradé en Belgique, où il demeura en détention jusqu’à sa libération.

Une violation du droit international par les pays européens

Amir-Abdollahian a notamment souligné que la détention de M. Assadi pendant plus de deux ans en Allemagne et en Belgique était une violation du droit international.

Morgan Lotz, iranologue et juriste en droit international, livre son analyse sur cette affaire au micro de Press TV. Il rappelle notamment que l’immunité diplomatique est une doctrine fondamentale en droit international. Celle-ci garantit une protection aux diplomates étrangers lorsqu’ils sont en poste dans un pays étranger.

diplomate iranien Assadollah Assadi
Monsieur Assadi avant son arrestation

L’immunité diplomatique est régie par la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques de 1961. Ce traité international établit les règles régissant les relations diplomatiques entre les États.

L’immunité diplomatique est accordée aux les diplomates pour leur permettre d’exécuter leurs fonctions sans crainte d’arrestation ou de poursuites judiciaires. Elle vise premièrement à préserver l’indépendance des missions diplomatiques. Elle permet ensuite de faciliter les relations internationales en garantissant aux diplomates une immunité contre les mesures judiciaires du pays hôte.

Toutefois, de nombreux pays occidentaux ne respectent pas le droit international. Le diplomate iranien Hamid Nouri est toujours détenu par la Suède dont une parodie de justice l’a condamné à la perpétuité en isolement cellulaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *