Catégories
Société

Début de la campagne pour les élections législatives 2024 en Iran

La campagne pour les élections législatives en Iran a débuté ce 22 février 2024, attirant un nombre record de candidats depuis la révolution de 1979. Quinze mille deux cents candidats sont approuvés pour concourir aux 290 sièges du corps législatif. Ce chiffre témoigne de l’engouement politique et de l’intérêt des Iraniens pour le processus démocratique.

Les élections législatives auront lieu le 1er mars 2024 en Iran

Le vote aura lieu le 1er mars, date à laquelle les électeurs éliront les nouveaux membres du Parlement ainsi que de l’Assemblée des experts. Les nouveaux élus se réuniront à la fin du mois de mai pour entamer leurs fonctions parlementaires.

Iran élections législative 2024 Madjlis

Le ministre de l’Intérieur Ahmed Vahidi souligne que les conditions sont réunies pour une véritable compétition entre différents groupes politiques ayant des orientations diverses. La majorité des candidats, en particulier dans les petites circonscriptions, sont des professionnels tels que des médecins, des ingénieurs, des fonctionnaires et des enseignants. Beaucoup d’entre eux ne sont affiliés à aucun groupe politique spécifique.

Le Conseil des gardiens a récemment transmis les noms des candidats qualifiés au ministère de l’Intérieur, qui organise les élections. Parmi les candidats, on compte 1 713 femmes, ce qui représente plus du double des 819 candidates en 2020. Dans la circonscription de Téhéran, 3 545 candidats se disputent les sièges disponibles.

Mohammad Bagher Qalibaf, actuel président du Parlement, se présentera pour les élections dans sa ville natale, une circonscription isolée du nord-est, après avoir occupé un siège à Téhéran il y a quatre ans. De son côté, Ebrahim Raïssi, président sortant de l’Assemblée des Experts, cherchera à être réélu dans une circonscription de la province du Khorasan du Sud.

L’Assemblé consultative islamique

L’Assemblée consultative islamique (le Madjlis) est l’organe législatif de la République islamique d’Iran. Les articles 62 à 99 de la Constitution définissent son rôle. Composée de 290 membres, un vote direct de la population élit ses membres pour un mandat de quatre ans. En outre, elle accueille un représentant de chaque communauté religieuse pour 200 000 citoyens. Une exception est faite pour les Juifs qui, bien qu’en nombre moindre, disposent également d’un siège au Parlement. Ainsi, les Zoroastriens, les Juifs, les Chrétiens assyriens, chaldéens et arméniens sont représentés au sein de cette assemblée.

Les attributions de l’Assemblée lui permettent d’adopter des lois. Elle peut également approuver ou destituer les ministres et le Président de la République.

L’Assemblée des Experts

Parallèlement aux élections législatives, 144 religieux seront en lice pour les 88 sièges de l’Assemblée des experts. Selon la Constitution iranienne, l’Assemblée supervise les fonctions du Guide de la Révolution. Elle participe également à la désignation de son successeur. Le mandat est fixé à huit ans.

Les précédentes élections législatives eurent lieu en 2020, année marquée par la colère du public consécutive à l’assassinat de Qassem Soleimani, icône antiterroriste, par les États-Unis. À cet égard, l’Ayatollah Khamenei, Guide de la Révolution islamique, a appelé tous les citoyens à participer à ces élections. Il a souligné qu’il est important de choisir les bonnes personnes, mais que la participation de tous est une priorité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *