Catégories
Qassem Soleimani

Qassem Soleimani : un portrait intime (7/10)

Découvrez l’épisode 7 de la série Qâsem Soleimâni : un portrait intime, recueil de récits du comportement et de l’école du martyr Qassem Soleimani.

En partenariat avec

Le Chiisme L’école des Ahl al-Bayt

Ces courts-métrages intitulés Recueil de récits du comportement et de l’école du martyr Qâsem Soleimâni présentent des anecdotes de la vie du général Qassem Soleimani qui tiennent lieu d’enseignement sur son comportement et témoignent sur sa personnalité.

Soleimani avait une passion pour l’apprentissage dès son plus jeune âge. Il a étudié la théologie, la philosophie et l’histoire, acquérant une solide base de connaissances qui a influencé sa vision du monde et sa compréhension des enjeux géopolitiques. Cette érudition lui a permis d’analyser et de prendre des décisions éclairées dans le cadre de sa carrière militaire.

Qassem Soleimani, portrait intime et secret d’un érudit (7/10)

Sa quête de connaissances ne s’est jamais arrêtée dans sa vie. En dépit de ses responsabilités écrasantes en tant que commandant de la lutte contre le terrorisme, il trouvait toujours le temps de lire et d’étudier.

L’érudition de Soleimani s’est d’abord reflétée dans sa compréhension profonde et nuancée des défis auxquels il était confronté. Il était capable de citer des sources historiques et religieuses lors de ses discours. Il était également réputé pour son habilité à analyser rapidement les situations complexes et développer des plans d’action réfléchis.

général Soleimani portrait intimé d'un érudit

L’érudition de Soleimani s’étendait également dans le domaine religieux. Il avait une connaissance approfondie du Coran, des hadiths et des enseignements des Quatorze Immaculés. Connu pour s’appuyer sur les principes islamiques pour guider ses décisions, sa foi était au cœur de ses actions.

L’assassinat de Qassem Soleimani a été une perte immense pour le monde. Il fut l’homme qui écrasa l’armée terroriste de Daech mais également l’impérialisme américain qui réduisait la région à feu et à sang depuis plus de vingt ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *