Catégories
Géopolitique et Diplomatie

Frappes de missiles balistiques iraniens en Syrie et en Irak

Des tirs de missiles balistiques se sont produits dans la nuit du lundi 15 au mardi 16 janvier 2024, ciblant des positions terroristes en Syrie et en Irak.

Le Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI) revendique ces frappes visant des bases de l’organisation terroriste Daech en Syrie, ainsi qu’un centre d’espionnage israélien dans la région du Kurdistan irakien.

Pourquoi des frappes de missiles balistiques en Syrie et en Irak ?

Le 3 janvier, les Iraniens commémoraient le quatrième anniversaire du martyre du général Qassem Soleimani, héros de la lutte contre le terrorisme assassiné par les États-Unis en 2020. À Kerman, ville où il est inhumé, un double attentat terroriste eut lieu. Ces attaques, durant lesquelles 89 personnes trouvent la mort, sont alors revendiquées par le groupe takfiriste Daech.

Mention manuscrite sur un missile faisant référence à Reyhaneh Soltaninejad, une petite fille âgée de 1 an tuée lors de l’attentat de Kerman.

Le 10 janvier, une autre attaque terroriste se produit dans le Baloutchistan, région située dans le sud-ouest du pays. Celle-ci vise le commissariat de police de Rask et provoque 11 morts et 6 blessés parmi les policiers.

Quelles furent les cibles des frappes de missiles balistiques ?

Il s’agit d’une double opération menée par les Gardiens de la Révolution. D’abord contre les agents israéliens du Mossad présents en Irak, ensuite contre les terroristes de Daech présents en Syrie.

« Au nom de Dieu, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux,

À la nation islamique d’Iran, qui a confiance en Dieu Tout-Puissant, et avec la bénédiction de nôtre Maître, Son Éminence Sahib al-Zaman (le Maître de l’époque), que la paix soit sur lui, et en réponse aux récents crimes commis par les ennemis contre la République islamique, nous annonçons que le quartier général des espions anti-iraniens et des rassemblements terroristes dans certaines parties de la région ont été visés au milieu de la nuit par plusieurs missiles balistiques. Les cibles ont été détruites, et les détails seront annoncés plus tard. »

Communiqué officiel du Corps des Gardiens de la Révolution islamique (CGRI)

Selon les déclarations du CGRI, 24 missiles balistiques de différentes modèles furent utilisés au cours de ces frappes.

Le Mossad ciblé à Erbil, dans le Kurdistan irakien

Les frappes de missile survenue à Erbil visaient le centre principal du Mossad. L’agence de renseignement israélienne est notamment implantée dans la région du Kurdistan irakien. Quatre missiles furent tirés depuis l’ouest et sept autres depuis le nord-ouest de l’Iran en direction de cette cible.

Selon l’appareil de sécurité de la région du Kurdistan irakien, quatre personnes ont été tuées et six autres blessées.

Un missile balistique passe à travers le système de défense anti-aérienne C-RAM et atteint sa cible. 

Des sources de sécurité irakiennes ont indiqué que l’homme d’affaires Peshraw Dizayee, un multimillionnaire kurde, ainsi que plusieurs membres de sa famille, figurent parmi les victimes. Dizayee, proche du clan Barzani au pouvoir, possédait des entreprises s’avèrant des partenaires commerciaux d’Israël. Il était également la principale source de financement des espions formés par le Mossad pour mener des missions de renseignement et d’actions armées en Iran.

Une roquette a également touché la maison d’un haut responsable des renseignements kurdes, tandis qu’une autre a endommagé un centre de renseignements kurde. Le trafic aérien à l’aéroport d’Erbil fut suspendu.

La base du Mossad ciblée, avant et après

La chaîne Telegram de Sabreeen News a rapporté qu’à la suite de cette attaque du CGRI contre le centre d’espionnage du Mossad, cinq soldats américains furent tués et secrètement évacués.

Daech ciblé à Idlib, en Syrie

Pendant cette opération, quatre missiles Kheibar Shekan furent tirés depuis la province de Khouzestan, dans le sud-ouest de l’Iran. Ceux-ci ont atteint le quartier général du groupe terroriste takfiriste Daech dans la région d’Idlib, en Syrie. Neuf autres missiles ont été tirés vers les positions d’autres groupuscules terroristes dans différentes régions de la Syrie.

Lancement des missiles en direction d’Erbil (Irak)

Les missiles balistiques du CGRI ont touché les positions des groupes terroristes Tahrir al-Sham et Hezb al-Turkestani dans la région d’Idlib, à l’ouest de la Syrie. Les terroristes connus sous le nom de Daesh Khorasan s’entraînent dans cette région avant d’être transférés en Afghanistan et en Azerbaïdjan par les États-Unis. Ceci dans le but de rentrer en Iran afin d’y commettre des activités terroristes.

La première frappe fut lancée après l’identification de points de rassemblement du groupe terroriste Daech dans les zones occupées en Syrie. Une des cibles principales était Azhi Amin, affilié à Al-Qaïda. Celui-ci aurait été tué lors de l’attaque.

Que retenir de ces frappes ?

Plusieurs éléments sont à retenir au sujet de cet évènement. Tout d’abord, la crédibilité et la dissuasion de l’Iran se renforcent considérablement. La distance entre la zone visée en Syrie et le point de tir des missiles du CGRI en Iran dépasse les 1 200 kilomètres. Cet évènement constitue l’opération balistique la plus ambitieuse menée jusqu’à présent par l’Iran.

tir missiles balistiques iraniens en Irak et en Syrie 15 janvier 2024

Enfin, cette action militaire s’avère un message clair de l’Iran adressé à ses ennemis israéliens, américains et daechistes présents dans la région. L’Iran dispose des moyens de se défendre et en a également le droit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *